dimanche 4 octobre 2015

L'amour c'est bien joli, mais la vie ce n'est pas de la meringue.

Il y a plusieurs années, j'avais quitté les groupes canins FB qui n'avaient pas d'objectif de partage précis. Je ne me souvenais plus pourquoi jusqu'à ce que j'en rejoigne à nouveau un.
Sur ces groupes, à chaque conseil, remarque, information, on se voit opposer l'argument "On s'en fiche de tout ça, l'important c'est qu'on les aime".
Vraiment? Mais c'est quoi l'amour d'abord. Selon le Larousse ce serait l'affection et la tendresse que nous éprouvons à l'égard de nos chiens. Ok. Mais notre amour les rend t il heureux?

Nous avons tous connaissance de cas où l'amour des propriétaires porte atteinte à l'intégrité de leurs animaux.
Les chiens obèses parce qu'on ne sait pas leur refuser la moitié de notre assiette, ceux qui ne voient jamais leurs congénères et presque pas l'extérieur parce qu'on a trop peur qui leur arrive quelque chose, ou encore ceux qui souffrent d'hyper attachement à force d'être couvés, papouillés, infantilisés.

Ca ce sont les cas évidents, ceux qui démontrent que l'amour ne fait pas tout.

Mais sans aller aussi loin,  chaque jour des histoires fleurissent sur la toile, me rappelant qu'on ne vit pas d'amour et d'eau fraîche.

Parce que qu'est ce qu'un chien heureux? C'est un chien qui est respecté dans sa nature et dont les besoins sont comblés. C'est un chien qui sort, qui joue, qui voit des congénères, qui mange une alimentation adaptée (c'est un carnivore rappelons le), qui a une activité physique et intellectuelle, qui est entretenu, qui a droit à ses moments de calme et de solitude, qui a la possibilité de ronger et dont on veille au bien être psychologique.

Je vais développer ensuite le dernier point, parce que les autres me semblent aller de soi, mais force est de constater que tous les autres besoins de nos chiens sont régulièrement niés. Combien de chiens ne sortent que rarement, combien mangent des croquettes de supermarché, combien sont constamment harcelés par les enfants du foyer? Quand on commence à parler de réelle réponse aux besoins d'activité physique et mentale c'est pire encore. Rares sont les chiens qui ont l'occasion de nous montrer leur potentiel.

Respecter et veiller au bien être mental de son chien c'est quoi?
Tout d'abord c'est apprendre à communiquer avec lui. Il faut donc être capable de lire le langage canin, et notamment les signaux d'apaisement, mais aussi lui apprendre à parler la notre langue. C'est à dire lui expliquer ce que nous attendons de lui lorsqu'on ne lui disons "Assis", "Attends", "Viens par là" etc. En réalité c'est plutôt créer un langage commune où chaque signal amène une réponse de l'autre partie.
Ce langage on le façonne au gré de l'éducation. Ce qui m'amène à mon point suivant: aimer son chien c'est l'éduquer avec des méthodes logiques et respectueuses, autrement dit en renforcement positif.



Et enfin, s'assurer de l'équilibre moral de son chien c'est lui éviter au maximum le stress. En respectant ses besoins sus nommés mais aussi en lui apprenant à composer avec les impératifs et les contraintes de la vie avec les Hommes.
Il n'y a pas grand chose qui me met plus hors de moi qu'une vidéo présentée comme marrante d'un chien qui est terrorisé par sa douche. La douche est un événement qui n'a rien de naturel pour un chien. C'est votre rôle de lui apprendre à l'accepter sans crainte, pourquoi pas à y prendre plaisir, mais au moins à ne pas le redouter. Et c'est valable pour tout ce qui est de l'ordre des soins: c'est votre boulot d'apprendre à votre chien à se faire manipuler, à accepter de se faire nettoyer les oreilles, couper les griffes etc sans stress. Ce sont des actes que vous allez devoir répéter toute la vie de votre chien, pourquoi en faire une guerre perpétuelle, pourquoi cela devrait il être dur pour lui. Ce n'est pas une fatalité, vous avez la possibilité de changer l'état émotionnel de votre chien vis à vis de ça, faites le. Sans compter qu'au delà du simple fait que vous êtes responsables du "bonheur" de votre chien, arrivera certainement à jour où vous aurez à traiter un vrai problème. Qui sera douloureux/ nécessitera un traitement rigoureusement régulier/ qui concernera un endroit difficilement manipulable. Et là vous serez heureux d'avoir un chien qui n'appréhende pas vos mains, les instruments et qui ne vous fuira pas.
Vous n'acceptez pas les comportements indésirables de votre chien (vols sur la table, dégâts, sauts sur les invités …) parce qu'il vous aime, pourquoi votre amour serait il une excuse pour lui faire subir des actes qui sont anxiogènes pour lui, alors que ce n'est pas une fatalité?

L'amour vous fera forcément faire des conneries, vous allez forcément faire des erreurs parce que vous l'aimez, parce que quand l'émotion prend le pas sur la raison, on est capable d'énormes boulettes.

Il y a quelques semaines, Flappy allait mal, très mal. On ne savait pas ce qu'il avait, si il allait s'en sortir, il ne dormait pas la nuit (et moi non plus), il avait mal, et le traitement de la dernière chance, pas de bol, c'était des suppositoires. Lorsque j'ai voulu lui mettre le premier, il s'est débattu et s'est caché. Et j'ai littéralement pété un plomb. Parce que j'étais effondrée de le voir souffrir, que j'étais terrifiée à l'idée de le perdre, parce que je l'aimais et que je voulais le soigner. J'étais complément hystérique. Et je lui ai fait peur, peut être même que je lui ai fait mal.
Mais il s'agit d'un cas extrême, dans la vie de tous les jours, j'aurais pris mon clicker et je l'aurais conditionné à accepter ce traitement.

J'ai mis du temps à regagner sa confiance, un temps que nous n'avions pourtant
pas tant il était capital qu'il prenne son traitement.
En voulant passer en force, on perd toujours.
La vie est dure, elle l'est avec vous, elle le sera peut être avec lui. La vie s'occupe très bien de nous faire subir des stress intenses sans que nous en rajoutions au quotidien au motif qu'après tout, ce n'est pas si grave si ce que nous faisons subir à notre chien de temps en temps le met mal à l'aise, voir lui fait peur, puisqu'on l'aime.

J'ai lu il y a quelques temps une citation sur l'amour qui est très juste selon moi: "L'amour ne donne aucun droit sur l'autre, seulement le devoir de le respecter" - Jacques Salomé.

Pour bien vous occupez de votre chien, vous devez l'aimer. Sinon tous les soins, activités, la vie quotidienne seront des contraintes et vous ne vous donnerez jamais la peine de combler tous ses besoins. Mais ce n'est pas suffisant, votre amour ne remplacera jamais les bienfaits d'une course, du suivi d'une piste ou d'une sieste réparatrice. Et votre amour n'annulera jamais les conséquences morales et physiques qu'auront un bain stressant, une visite terrifiante chez le vétérinaire ou la panique provoquée par le passage d'une moto.

L'amour c'est une condition nécessaire, mais non suffisante.

4 commentaires:

  1. Bien jouer pour cette article, en esperant que les gens comprennent qu'il ne faut pas que des croquettes, des bisous et un jardin pour avoir un chien
    Bon rétablissement à ton ami poilu ;)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cet article. cependant je ne suis pas tout à fait d'accord. Personnellement, j'aime mes chiens, chats, mari et en enfant, et je considère que les aimer consiste à répondre à l'intégralité de leurs besoins, même quand ceux-ci sont différents de ce que je voudrais, moi (ex classique : j'ai envie de caresser un chat ou un chien, il veut être tranquille, ben je le laisse tranquille et m'assoit sur mon envie de câlin). Pour moi, aimer un être vivant, un individu, c'est faire tout ce qui est en notre pouvoir pour assurer son bien-être physique, émotionnel et psychique. Maintenant, c'est peut-être moi qui ai une conception atypique de ce qu'est l'amour ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, je ne comprends pas pourquoi vous n'êtes pas d'accord ??? Il me semble que vous réécrivez dans votre commentaire exactement ce que développe l'auteur dans son article.
      "Pour moi, aimer un être vivant, un individu, c'est faire tout ce qui est en notre pouvoir pour assurer son bien-être physique, émotionnel et psychique" : si j'ai bien tout lu, c'est exactement ce qu'elle écrit. Et dans la mesure où, dieu merci, nous sommes quand même nombreux à partager cette conception de l'amour, je ne la trouve absolument pas atypique, mais au contraire tout à fait "normale".

      Supprimer
  3. Malheureusement l'amour ne suffit pas toujours. Je nourris correctement ma chienne "un croisé border collie" ; on joue avec. on le caresse. je cours un fois par semaine avec. Je le sors dès que le temps et la météo me le permet. Elle a une cour de 800 m² pour s'ébattre. Et pourtant elle se sauve tout le temps. Dimanche nous avons été courir 45 mn. Nous sommes rentrés. Nous l'avons laissé dehors. Et hop elle avait de nouveau escalader le mur (il fait tout de même 1m60 de hauteur). Nous en sommes arrivés à devoir l'attacher quand nous allons travailler sinon elle resterait enfermé dans la maison. Cela fait 1 an que cela dure alors que cela fait 4 ans que nous l'avons. On nous a conseillé le collier de dressage avec le fils anti fugue mais nous n'avons pas de prise à proximité de ce coin de mur. Petite précision c'est notre 3ème chien et nous n'avons jamais rencontré de problème. Et nous habitons en ville alors laisser un chien vagabondé n'est pas envisageable.

    RépondreSupprimer